Le Chesnois-Auboncourt   

La Halle

Signature de la Halle : Pinart et Leroux 1842

1842. Une souscription publique permet la construction de la halle. Celle-ci est destinée au marché hebdomadaire, aux foires de Sainte Margueritte et Sainte Catherine.

Le bois utilisé provient de la charpente de la cathédrale de Reims (incendie de ????).

Le Chesnois avant 1914 ?Vers les années 1860-1870 le phylloxéra détruit le vignoble qui garnissait les coteaux bien exposés. Les petits lopins de terre sont alors plantés de pommiers, pruniers et surtout cerisiers. Cette production fruitière permet un revenu non négligeable, la main d'œuvre étant abondante. La halle devient alors le siège d'un marché aux cerises. Les nombreuses variétés produites permettent, de début juin à fin juillet, d'organiser un marché réglementé par un arrêté municipal.

30 août 1914De violents combats détruisent en grande partie le village.

1925. Un évènement améliore la vie des habitants du Chesnois-Auboncourt. En effet, l'électricité éclaire désormais les maisons, les rues et actionne les instruments d'intérieur des fermes


La halle vers 19301933. Nouveau progrès au Chesnois-Auboncourt. L'eau potable arrive sur les éviers. Quel soulagement pour la ménagère. Subventionné à 90%, se crée un syndicat intercommunal d'adduction d'eau groupant le Chesnois-Auboncourt, Vaux-Montreuil et Wignicourt. Une source captée en amont évite une station de pompage. De nombreuses bornes fontaines permettent alors aux personnes de condition modeste un approvisionnement gratuit en eau. Chaque borne est également munie d'une bouche d'incendie.

La Halle en 2000 Juillet 1939 voit le dernier marché sous la halle. Puis, fin août, c'est la mobilisation.

1945. Le marché n'est pas repris. En effet, les transports routiers rapides approvisionnent les marchés en fruits du midi bien avant la maturité de ceux du Chesnois.